15/07/2019

A Montlhéry, Colas aide à dessiner l’avenir de la mobilité

Hier, la ligne de départ de l’anneau de Montlhéry a vu se succéder les voitures et les pilotes automobiles les plus prestigieux. Demain, il servira au développement, à la validation et à l’homologation des véhicules automatisés et connectés. Portrait de TEQMO, le nouveau centre d’essai conçu et réalisé par Colas.

Deux ministres et une présidente de région : le moins qu’on puisse dire, c’est que l’inauguration le 17 juin par le groupe privé UTAC CERAM d’un équipement dédié à la voiture autonome et à la route du futur n’est pas passée inaperçue. Si la livraison du projet TEQMO a attiré Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, son homologue à l’ Écologie François de Rugy et Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, c’est bien sûr parce que la puissance publique a en partie financé un projet à 20 millions d’euros, mais aussi parce que TEQMO est un cas d’école de partenariat réussi entre des acteurs aux métiers différents.

Des constructeurs comme Renault ou PSA, des groupes de télécommunications comme Orange, Ericsson ou Bouygues Telecom, un équipementier automobile comme Valeo… Et un expert de la route comme Colas, à qui a été confiée la conception et la réalisation des infrastructures routières qu’utiliseront dès cet été les véhicules testés à Montlhéry. Soit douze kilomètres de piste pensés pour permettre de simuler une série de tests : environnement, signalisation, sécurité, manœuvres, freinages et urgences, endurance, stationnement… Indispensable pour valider les différentes fonctions que doit assumer un véhicule autonome ou semi-autonome – il faut qu’un prototype roule 1 à 2 millions de kilomètres avant d’être considéré comme fiable. Et ce sera sur des infrastructures réalisées par Colas.

Douze kilomètres de pistes high tech

C’est plus précisément à Colas Île-de-France Normandie qu’a été confié le soin de concevoir et de mener les travaux d’infrastructures et de génie civil pour faire sortir de terre les pistes empruntées demain par les concept cars des constructeurs partenaires, en lien avec le néerlandais Arcadis. Douze kilomètres en tout, avec un défi technique à relever : les pentes de voiries devaient impérativement être inférieures à 0,8 % en tous points pour répondre aux exigences des futurs essais. Le revêtement routier photovoltaïque Wattway a également été installé sur le site. Du terrassement au traitement des sols, en passant par les revêtements, les ouvrages d’art et les réseaux secs ou humides, tout a été géré par Colas.

Désormais livré, le chantier permet de simuler une large gamme de situations sur plusieurs types de voies, depuis le circuit routier avec son tunnel et sa barrière de péage jusqu’à une zone routière sinueuse, en passant par un parcours urbain ou un parking. Connectées et communicantes, les infrastructures conçues par Colas Île-De-France ont été équipées par Aximum, la filiale sécurité et signalisation du Groupe. Après avoir mis en place la signalisation horizontale et verticale sur l’ensemble des zones d’essais, les différentes équipes impliquées ont piloté la pose, le raccordement et la mise en service de l’ensemble des équipements installés (feux rouges, barrière d’accès, simulateurs de péages ou de passage à niveau,contrôles d’accès, etc.) Le tout est relié à un poste de pilotage central, où arrivent et se croisent toutes les données utiles à l’analyse.

Et BIM le chantier

Caractéristique notoire de TEQMO : Colas Île-de-France Normandie a pu mettre pour la première fois son expertise du BIM (Building Information Modeling) au service d’un projet d’infrastructures routière. Et à chaque étape : conception et réalisation hier, maintenance et évolution à l’avenir. Non seulement les différents corps d’état impliqués ont pu se servir maquettes numériques réalisées par les équipes de Colas et d’Aximum pour réaliser des opérations de revêtement ou de signalisation avec des engins de chantier de dernière génération, mais Colas Île-de-France a remis l’ensemble de ses modèles 3D à l’UTAC CERAM au terme du chantier. Concrètement, les informations techniques intégrées à la maquette fournissent toutes les données nécessaires pour une connaissance extrêmement fine du patrimoine livré, de la nature des matériaux à la structure des chaussées. Demain, ces informations permettront de simplifier largement les opérations d’entretien et de maintenance, tout en facilitant d’éventuelles évolutions de cet équipement hors norme. Il n’y a plus qu’à rouler…

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AUTRES ARTICLES SUR LA MÊME THÉMATIQUE
08/06/2020

Aménagement de l’espace public et coronavirus : quand les politiques urbaines évoluent

Des vélos aux trottinettes en passant par la bonne vieille marche à pied, les mouvements de grève de l’hiver 2019 avaient déjà contraint des millions de citadins à ...

Lire l'article
02/03/2020

À Paris-Saclay, Mobility by Colas facilite la mobilité et le stationnement

Aux portes de Paris, le plateau de Saclay concentre un nombre croissant d’acteurs majeurs de la recherche, publique ou privée. Avec 60 000 personnes attendues sur le si...

Lire l'article
14/01/2020

Les carrières, refuges pour la biodiversité

Signataires de la Charte Environnement des Producteurs de Granulats, les carrières de Colas mènent des actions en faveur de la protection de la faune et de la flore, al...

Lire l'article
02/12/2019

Wattway Pack : une prise électrique autonome

N’en déplaise au célèbre Doc de Retour vers le Futur et au fameux « Une route ? Là où on va, on n’a pas besoin de routes ! », les rues et les voirie...

Lire l'article